• strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 589.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 589.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter_boolean_operator::value_validate() should be compatible with views_handler_filter::value_validate($form, &$form_state) in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/handlers/views_handler_filter_boolean_operator.inc on line 149.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 25.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 135.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 135.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /homepages/15/d381462966/htdocs/drupal/modules/views/views.module on line 879.
Satolas
Une équipe en forme à Conforama

Motivée, bien organisée, active aux côtés des salariés l’équipe se renforce…

'

 Créé en février 2009 à l’initiative de Salim Radjah, délégué syndical, FO Conforama est aujourd’hui une équipe qui s’investit et se forme pour poursuivre sa construction.

Le syndicat a, dès le mois de mars suivant,  obtenu 70 % des voix lors des élections du comité d’entreprise et  des délégués du personnel.

Et si le site ne faisait l’objet, après ces élections, d’aucune  menace particulière du point de vue des emplois, le combat se menait contre les charges de travail sans cesse en augmentation.

« Nous restons vigilants et veillons en permanence aux droits des salariés », explique Salim et « Nous continuons à développer le syndicat ».

Il enchaîne : « J’ai choisi FO tout d’abord par rapport aux hommes qui nous représentent à l’échelle nationale. Nous avons de très bons rapports avec le délégué syndical central qui crée une réelle dynamique. D'autre part, je participe aux négociations nationales et le fait que Satolas gère la logistique du groupe nous donne un poids important dans les négociations ».




Echirolles
Percée chez Bull
Rémy, délégué syndical'

En janvier 2009, le travail du délégué syndical central de Bull produit ses effets sur le site d’Echirolles (430 salariés dont 85 % de cadres). Rémy accepte le mandat de délégué syndical et commence le travail de développement de la section.

« Dans le service Informatique, nous n’encadrons personne. Nous sommes traités comme des ressources et non comme des personnes. Nous subissons beaucoup de pression destinée à nous faire faire dans les temps ce qui est planifié », explique-t-il.

S’appuyant sur le délégué syndical central, Rémy a entrepris la tournée des bureaux, en profitant pour distribuer des tracts donnant des informations récentes. Il a, depuis, tracté régulièrement sur des sujets d’actualité, permettant à ses collègues de connaître mieux leurs droits.

Plus encore, il a défendu certains d’entre eux. « L’important est de donner une information pertinente et d’avoir des avis clairs par rapport aux autres syndicats »Il faut par ailleurs être disponible pour répondre aux question », a-t-il résumé.

Résultat : FO a emporté, en novembre 2010, 25 % des voix dans l’élection des délégués du personnel. Une surprise pour  l’équipe FO qui ne s’attendait pas à une telle percée. « Elle s’explique sans doute par le fait que les conditions de travail se dégradent, que les salariés sentent la nécessité de se défendre et que les autres syndicats ne font rien », a récapitulé le délégué syndical.




Bourgoin Jallieu
Un hôpital toujours en service minimum !
Le bureau du syndicat : Marie-Thérèse Sabater (vice-trésorière), Christine Volpi (Vice-secrétaire), Carole Verdier (secrétaire), David Liénard (Trésorier) et Sylvain Guillaud (archiviste).'

 Ce sera un hôpital flambant neuf, prenant mieux en compte les besoins des usagers de la zone de vie Bourgoin Jallieu. Plus de services, des locaux neufs où le premier patient devrait entrer le 17 mai 2011 et… « Aucune info sur les effectifs à venir. A chaque question, le directeur, qui parle surtout rendement, noie le poisson », relève carole Verdier, nouvelle secrétaire du jeune et vigoureux syndicat de l’hôpital Pierre-Oudot de Bourgoin Jallieu (1 200 salariés).

Vigoureux sans aucun doute parce que « nous allons sur le terrain. La réunionite, c’est bien. Mais être au plus près des agents permet de les défendre très concrètement, en connaissant bien les sujets. C’est comme cela que l’équipe FO conçoit son travail ».

Une équipe qui voit avec satisfaction grandir son influence dans tous les services et tous les corps de métier. Parce que celle permet de peser plus et donc d’obtenir plus.

Les revendications ne manquent pas, il est vrai. « Un abus des CDD, surtout chez les brancardiers : j’ai vu quelqu’un qui avait 10 ans de CDD derrière lui », commence la syndicaliste.

« Des heures par milliers faites au-delà du temps de travail normal : 26 500 heures fin décembre 2009 et des agents qui, dans leur immense majorité, souhaitent les récupérer en repos et non en salaire. Tout simplement parce que les conditions de travail sont telles que les temps de repos sont indispensables », est-il complété.

Autres problèmes : cette « Nouvelle Bonification indiciaire » qu’il faut obtenir pour des urgences où les conditions de travail se dégradent et le respect des acquis concernant le déroulement des carrières…

Et ces mille interventions, sur les petites et les grandes choses qui font la vie d’un hôpital, de la défense globale du service public à la vigilance sur les conditions de travail et les rémunérations de chacun des agents.




Grenoble
FO prend la Bastille

Hakim Sabri : « Tout délégué attend de son
organisation d’être aidé, informé, soutenu ».

'

 Site touristique de première importance en Isère, le Téléphérique de la Bastille (dit les Bulles ), compte seize salariés et, depuis l’hiver 2010, un nouveau délégué syndical FO : Hakim Sabri.

 Pourquoi t’être présenté ?

« J’avais déjà été délégué du personnel dans une autre entreprise mais je ne m’étais pas présenté ici. J’ai malheureusement constaté que des acquis étaient mis à mal. Par exemple des modifications d’horaires par la direction de manière unilatérale, la remise en question des règles de paiement des heures de nuit ou seulement trois réunions de délégués du personnel dans l’année.
Pour faire simple, l’objectif de la direction est d’obtenir le plus de flexibilité au coût le plus bas possible… Le rêve de tout employeur ».

Quelle est la priorité de ton nouveau mandat ?

« Reprendre point par point ce qui fait friction entre nous et la direction. Outre ceux déjà évoqués, il faut ajouter la polyvalence qui soulève des problèmes notamment sur le volet sécurité et le refus de la direction de nous voir participer à la commission de réflexion sur l’évolution de nos métiers induite par le nouvel objet social : l’exploitation d’activités touristique sur le site de la Bastille ».




Saint-Quentin-Fallavier
Plein pot chez Morin Logistic

Mohamed Moumen, Benjamin Rubin Delanchy, Danien Desmartin, Boulame Rebih

'

 

Morin Logistic (Saint-Quentin Fallavier) est une entreprise familiale… qui a beaucoup grandi ces dernières années, jusqu’à faire travailler 200 salariés. 200 salariés qui ont, début février, donné la majorité de leurs voix à FO : 72 % dans le premier collège et 30 % dans le second.

« Le comité d’entreprise était sans étiquette et nous avons pensé nécessaire d’implanter un vrai syndicat pour redynamiser le CE bien sûr. Pour obtenir une revalorisation des salaires, une reconnaissance des tâches réellement assumées  et un aménagement des horaires», explique Benjamin Rubin Delanchy, aujourd’hui délégué syndical et fondateur, avec Rebhi Boulam, du syndicat.

« FO n’est pas la plus grande des confédérations mais nous avons pensé que c’est là que nous obtiendrions le plus d’attention à nos problématiques et le plus d’appui », commentent les deux co-équipiers autour desquels l’équipe se renforce à une allure spectaculaire.

Ainsi FO renforce sa présence sur la zone d’activité de Chesnes à St Quentin Fallavier où elle prospère depuis deux ans.




Pont-Evêque
Alsthrom : les vertus du dialogue !

Une équipe solide

'

Syndicat bien vivant chez AlsthromLabelpack à Pont Evêque où 185 salariés produisent du papier support silicone pour emballages spéciaux ou étiquettes : 30 %de l’effectif adhère à FO qui a rassemblé100 % des suffrages exprimés pour l’élection du comité d’établissement (au printemps dernier) alors qu’une autre liste était en lice (CGT). Et  80 % pour celle des délégués du personnel. Interview de Christian Pétrequin, délégué syndical et secrétaire du syndicat.

Quelle est la recette de ce succès ?


Le travail fait sur le terrain, l’efficacité ! Actuellement je défends 13 dossiers aux prud’hommes suite au PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) de 2008 et les salariés viennent nous voir pour des problèmes individuels : paye, organisation du travail, etc. Nous dialoguons avec eux dans les ateliers, à la sortie. Les animations du CE sont également une bonne occasion d’expliquer ce qu’est et à  quoi sert le syndicat.  Pour les élections, nous avons expliqué les risques de la loi sur la représentativité et l’enjeu pour le syndicat en termes de pouvoir de négociation.


Quelles actions menez-vous en direction des jeunes pour les faire adhérer ?


Rien de particulier mais les jeunes ont tendance à adhérer plus facilement que les anciens. Nous avons des adhérents dans toutes les catégories d’âges, mais la plupart ont moins de 40 ans et tous moins de 50. Nous notons une nette progression depuis que nous avons expliqué la représentativité. Notre travail sur le terrain est reconnu par les salariés qui apprécient le soutien du syndicat et lui font confiance.




Crémieu
Transports Berthelet

David Ogier - Photo UD FO Isère

'

David Ogier a été nommé représentant de la section syndicale en avril 2009. Depuis cette date il s'est fortement investi syndicalement dans son entreprise et aujourd'hui les salariés n'hésitent plus à le questionner pour des renseignements concernant leurs droits.


FO est intervenu pour une meilleure organisation des congés payés. Les salariés peuvent désormais prendre des congés en dehors des congés scolaires comme c'était leur souhait et le planning est devenu annuel.

Autre contrainte mal vécue : le planning de travail au jour le jour. Mais là aussi il a été possible d’améliorer les choses, un planning à quatre jours commençant à prendre forme. Il reste encore à lui donner une existence permanente.

Invité lors des dernières Négociations Annuelles Obligatoires (NAO), David a pu faire entendre les arguments du personnel et il participe au Comité d'entreprise en tant que représentant syndical.

Bien sûr, faire entendre la voix des salariés sera plus facile, à partir de novembre, une fois les élections passées. Car le travail engagé sur le terrain semble vouloir payer et les premiers résultats donne à FO, qui se présente pour la première fois, le soutien nécessaire à une implantation durable.

Repères :

Entreprise Berthelet secteur transport de personnes (80% transports scolaires pour le compte du Conseil Général, Siège à Crémieu un dépôt à Montalieu, et un autre dans le Rhône à Genas. 200 salariès dont 150 conducteurs.


 




Isère
Progression de FO à la Caisse primaire d’assurance maladie

Sylvie Rosin et Sylvie Frasca - Photo UD FO Isère

'

 C’est dans le contexte de la fusion des Caisses de Grenoble et Vienne que FO a marqué une nette progression aux élections professionnelles du 30 mars, passant de 10 à 16 % des voix exprimées et une augmentation de 1 à 4 élus.

Dans le cadre de cette fusion qui a donné naissance à la CPAM de l’Isère, FO s’est beaucoup investi dans la renégociation des accords, notamment sur les accords d’horaire variable et RTT.

Cette fusion s’est accompagnée d’une réorganisation du travail par pôle et d’une nouvelle répartition des assurés dans les agences, basée sur le mois de naissance et non plus sur le site géographique. La réorganisation génèrera pour nombre d’assurés de gros problèmes, notamment de déplacement.

Tous ces changements, associés à des effectifs en diminution imposés au niveau national par les conventions d’objectifs de gestion (COG) successives, créent des conditions de travail de plus en plus difficiles pour les agents qui doivent assumer les non-remplacements et l’agressivité grandissante des assurés. Depuis 2006, faut-il le rappeler, un salarié sur deux quittant la Caisse n’est pas remplacé.

En bref, la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) ne cesse de prôner la qualité tout en réduisant les moyens et effectifs. Résultat : une dégradation du service rendu aux usagers.