Isère
La défense de la fonction publique nous concerne tous


Ce mardi 22 mai jusqu’à 4 000 personnes ont manifesté à Grenoble, près de 400 à Bourgoin un peu plus de 200 à Vienne pour « défense de la fonction publique » et contre les réformes du gouvernement. Les syndicats représentatifs dans la fonction publique étaient tous présents, FO, CGT, CFDT, UNSA, FSU, SUD Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL. Dans les manifestations il y avait des hospitaliers, des enseignants, des cheminots, des agents municipaux ou encore étudiants et quelques lycéens.

Les agents demandent une hausse générale des salaires (ils ont perdu 16 % de pouvoir d’achat depuis 2000 notamment à cause d’une période de six années de gel des traitements indiciaires) et ils fustigent l’absence totale de dialogue social avec le gouvernement, tous restent déterminés. Ils contestent entre autres le retour du jour de carence pour maladie ou encore la compensation très imparfaite de la hausse de la CSG. Ils s’opposent aussi au plan de suppressions de 120 000 postes prévu sur cinq ans. Plan qui aggraverait encore la dégradation des services publics, tant sur le plan de la charge de travail pour les agents que de la qualité du service rendu aux usagers.

Au-delà de ces mesures qu’ils contestent, les fonctionnaires manifestent des inquiétudes dont la portée va bien au-delà d’incidences catégorielles ainsi que voudrait le faire croire le gouvernement. Il s’agit bien plus largement en effet de défendre l’avenir des services publics. Or le projet de réforme de la fonction publique constitue « une attaque sans précédent du service public républicain qui est un des piliers de la République par l’expression de ses principes de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité » soulignait ce 18 mai, Pascal Pavageau, secrétaire général de la Confédération FO. La défense des principes inhérents au service public républicain nous concerne tous, fonctionnaires et usagers.