Grenoble
Retraités maltraités (+ questionnaire)

Manifestation de Grenoble


Remplissage du questionnaire

A la fin de cet article vous trouvez un lien de téléchargement d'un questionnaire à renvoyer à l'UDR 38

Pour protester contre la baisse de leur pouvoir d’achat et réclamer une revalorisation de leurs pensions, quasi gelées depuis cinq ans, les retraités ont manifesté dans toute la France le 30 mars, à Grenoble environ 200 d'entre eux étaient dans la rue. 
 
Principal sujet de mécontentement, la baisse du pouvoir d'achat. La revalorisation des retraites sur les salaires remplacé en 2004 par une revalorisation sur les prix a contribué a l'aggravation de la situation. De 2003 à 2014 les pensions progressent de 18 % les salaires de 25 % et le SMIC de presque 33 %. En 20 ans la perte de pouvoir d'achat des retraités et de 20 %. 
 
D'autre part ils ont été victimes de la taxe de 0,3 % de Contribution Additionnelle de Solidarité pour l'Autonomie (CASA) , la perte de la demi-part réservé aux veufs et aux veuves, la fiscalisation de la majoration de 10 % de la pension pour les personnes ayant élevés trois enfants. Auquel il faut rajouter nouveau système de bonus-malus pour les retraites complémentaires. 
 
Le but des retraités est de faire entendre leurs revendications dans un contexte où, par exemple, la présidente du Comité de suivi des retraites déclare : « On peut souhaiter que la France dépense moins pour les retraites, par exemple, pour allouer les sommes disponibles à d’autres  fonctions collectives comme la santé ou l’éducation ou pour les charges des entreprises ». Il faudrait donc choisir les retraites ou les hôpitaux…, les retraites ou les professeurs ? Pourtant les retraites stagnent et les  services hospitaliers ferment, les classes surchargées et les rythmes scolaires épuisent élèves et enseignants ! Pourtant les entreprises et les banques ont touché le jackpot avec les aides de l'état et le CICE !

application/pdf iconquestionnaire_retraites.pdf Ce questionnaire peut être rempli directement et retourner à : pascal.costarella@free.fr
ou il peut être imprimé et retourné à UDR FO, Bourse du travail, 32 Avenue de l’Europe, 38030 Grenoble Cedex 2

 

Grenoble
Le conflit des ordures ménagères

Jean-Philippe Garrido le 22 mars à la Métro

Après 8 jours la grève des camarades de FO Grenoble Alpes Métropole, à pris fin le 28 mars. Au matin du deuxième jour, le 22 mars, une trentaine de policiers de la compagnie départementale de Grenoble ont été chargés d’évacuer les différents sites bloqués. Compte tenu des événements du matin une réunion à 11h tourne court (voir photo). Le 27 mars, notre délégué syndical, Jean-Philippe Garrido est convoqué au tribunal administratif, il ne pourra s'y rendre. Notre organisation est condamnée à 700 euros d’amende et à lever les piquets de grève de Fontaine, Eybens, Meylan et Vizille dans les deux heures, sous peine d’utilisation de la force publique. La Métro fera appel pendant le conflit à une société privée pour ramasser les ordures, afin d’affaiblir la grève. Malgré les différentes intimidations, les agents en lutte pour de meilleures conditions de travail n’ont jamais abdiqué.
L’accord de fin de conflit a permis d’obtenir :
– une prime mensuelle de 50 euros nets liée au présentéisme,
– la reconnaissance et la valorisation de leur métier, une étude est en cours, les résultats seront connus à l’été 2017,
– le respect des fréquences des visites médicales réglementaires et une surveillance médicale supplémentaire au vu de leur contexte de travail,
– une vigilance supplémentaire lors de la rédaction de la Charte relative au contrôle de la position des camions par traceur GPS, notre organisation sera attentive à toute tentative de sanction réalisée dans ce cadre,
– une réflexion sur les modalités de gestion du déplacement des agents avec leur véhicule en cas de pic de pollution (pas question de poser des jours de congés),
– la mise en place d’un pôle de remplacements de titulaires, prioritairement à des intérimaires qu’il faut former,
– la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires pour ceux qui le souhaitent l’après-midi lors de la récolte des bacs de déchetterie, prioritairement à des intérimaires.

Néanmoins, ils n’ont pas pu obtenir le paiement des jours de grève, la réalisation d’heures supplémentaires pour un retour à la normale pourrait atténuer un peu les pertes de salaires.

 

Paris
Salon du livre : les bibliothécaires contre les mesures d’austérité

Bertrand Vincent du Syndicat FO Ville de Paris et Damien Durin du Syndicat FO Ville de Grenoble le 24 mars 2017 devant le salon du livre à Paris.
Les agents grenoblois en lutte depuis dix mois appellent les professionnels de la lecture publique à se rassembler le 24 mars devant le Salon du livre de Paris pour défendre leur métier, mis à mal par une logique comptable.

Isère
Réussir le 7 mars

Le 7 mars s’inscrit totalement dans le prolongement de la bataille contre la Loi Travail qui s’en prend à toutes les garanties collectives dans le privé comme dans le public.
 
Élections présidentielles ou pas, nous ne lâchons rien.

Grenoble
Comptes 2016 FO-ESRF
Comptes 2016  FO-ESRF approuvés en AG le 7 février 2017 =====

Solde créditeur de 1362.35 au 30/11/2015
 

Isère
Etre aidants et travailler et les moyens de la mobilité

Aider un proche en difficulté tout en travaillant devient vite un enfer tant l’entreprise tarde à prendre en compte cet impératif social. Disposer des moyens de se déplacer, pour le travail ou les loisirs, est trop souvent une gageure. L’Union départementale FO et la Macif organisent le débat.
 
Pour échanger avec des experts, savoir ce qui peut être fait, explorer des solutions, formuler des idées, exprimer des besoins.
 
· 9 h 30 à 12 h 30 « Être aidant et travailler »
 
La moitié des 5 millions de personnes qui, sans rémunération et au quotidien, s’occupent de proches âgés ou handicapés sont des salariés. Concilier vie professionnelle et vie familiale est difficile. Jusqu’à l’épuisement. La loi évolue... trop lentement_; des solutions émergent... pas assez vite ; des accords d’entreprises sont signés... encore trop peu nombreux.
 
La Confédération souhaite un retour du terrain pour étoffer le cahier revendicatif autour de cette importante problématique sociale.
 
Des exemples et des témoignages, en présence notamment du responsable du secteur Innovation sociale de la Macif, du directeur du dispositif Vacances Répit Famille, de l’Ocirp représentée par un secrétaire confédéral de FO.
 
  Ils expliqueront, ce qui se négocie dans les entreprises et comment les réseaux Santé/Prévoyance participent à l’effort.
 
Les experts.
 
- Pènda BOURRIÉ, chargée de projets Innovation sociale Macif
- Jacques CECILLON, directeur de Vacances Répit Familles - Philippe PIHET, secrétaire confédéral FO, vice-président de l’OCIRP (Organisme commun des Institutions de Rente et de prévoyance)
 
· 12 h 30 à 13 h 45 Déjeuner pris sur place (inscription obligatoire)
 
· 13 h 45 à 16 h 30 « Les moyens de la mobilité »
 
Tous les salariés doivent faire face à l’insuffisance de transports en commun et sont soumis aux injonctions des pouvoirs publics_; 7 millions d’actifs vivent la précarité en matière de mobilité.
 
Des explications, des solutions avec notamment la Communauté du Pays Voironnais, Wimoov (plateforme proposant des solutions mobilité), le service Responsabilité sociale de la Macif, le Comité pour le Droit aux Travail et l’Egalité des Droits des personnes handicapées.
 
Ils diront ce qui existe, ce qui fonctionne et ne fonctionne pas et ce qui peut être traité dans le cadre des entreprises.
 
Les experts :
- Gérald CIPRO, directeur adjoint Service Transport de la Communauté d’agglomération du Pays voironnais
- Claude DUMAS, directeur du CEREMH (centre de Ressources et d’Innovation Mobilité Handicap)
- Hélène EXBRAYAT, responsable Partenariats de Wimoov, plateforme proposant des solutions Mobilité.
- Henri GALY, Président du Comité pour le Droit au Travail des Handicapés et l’Égalité des Droits (CDTHED)
- Frank JANOWSKY, directeur Responsabilité sociale et environnementale Macif
 
Ouverture du colloque par Jean Pierre GILQUIN Secrétaire Général FO Isére
 
En présence de René Valladon FO Administrateur National Macif
 
Clôture du colloque par le Président de la Macif Rhône Alpes ou son représentant (e)

 

France
Les jours fériés en 2017

C'est l'article L. 3133-1 du code du travail qui fixe la liste des fêtes légales considérées comme des jours fériés.

Grenoble
Grève à l'hôpital

La manifestation à Grenoble devant ARS (agence régionale de santé)

Une manifestation à Grenoble à l’appel de FO notamment, quelques dizaine d’hospitaliers (infirmiers, aide-soignant, administratifs…) en grève ont protesté ce 8 novembre contre la dégradation de leurs conditions de travail due à la réduction des effectifs mais aussi à des restructurations qui au fil des réformes détériorent la capacité des hôpitaux à remplir leur mission de service public.

Ont défilé aux côté des hospitaliers, des salariés de la santé privée, des infirmières libérales ou étudiantes ainsi que certains médecins. A Paris une délégation syndicale a été reçue par la directrice générale du ministère.

 

Grenoble
Près de 300 policiers dans les rues de Grenoble

La marche de la colère à Grenoble
Près de 300 policiers et quelques civils ont manifesté dans les rues de Grenoble mercredi 26 octobre pour dénoncer le manque de moyen. 

Isère
La pilule est dure à avaler, les hospitaliers en grève le 8 novembre

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Tourraine, se vante du retour à l’équilibre du «fameux trou de la sécu ». Mais pour les personnels, « la pilule a du mal à passer ! » La ministre prévoit encore pour l’assurance maladie une économie de 4,1 milliards € et de nouveaux cadeaux au patronat d’exonérations de cotisations (600 millions €) sans contreparties.

La loi santé avec les GHT ( Groupement Hospitalier de territoire) et les GCS (groupement de coopération sanitaire), va favoriser les délocalisations, les restructurations, fusions/absorptions. La baisse des dotations de l’état aux collectivités locales (29 milliards € d’ici 2017) provoque un désengagement de ces dernières dans le secteur sanitaire. Cette politique d’austérité va accentuer les inégalités sociales, territoriales et les inégalités d’accès aux soins. 
Pour les salariés, cela est synonyme de licenciements, précarité, dénonciation des conventions collectives, perte de sens du travail, refonte des métiers… pour toujours réduire le coût du travail et tirer les salaires vers le bas.

Depuis 2010, le département de l’Isère subit les conséquences des deux lois (Hôpital Patient Santé Territoire dit HPST et la loi santé) qui ne font que dégrader le fonctionnement des hôpitaux. Elles sont uniquement basées sur une politique de réduction des dépenses publiques dictée par le pacte de responsabilité. La plus grande révolution hospitalière, depuis 1945, est la mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) imposés aux établissements de santé depuis le 27 janvier 2016, par la loi de modernisation de santé dite loi Touraine.

135 groupements Hospitaliers de territoires (GHT) se substituent aux 850 établissements publics de santé. Ces regroupements hospitaliers émanent d’une directive européenne afin de réduire les coûts de santé en détruisant l’emploi hospitalier et l’offre de soins : tel est l’objectif du programme de stabilité et son plan triennal d’économies imposé aux hôpitaux.

Dans notre département, trois GHT ont vu le jour. Le Groupement Hospitalier Nord Dauphiné qui regroupe les hôpitaux de Bourgoin-Jallieu, de Pont de Beauvoisin, de la Tour du Pin et de Morestel. Le GHT Alpes Dauphiné regroupe neuf établissements de santé publique : le CHU de Grenoble, le CH de Voiron , le CH de Saint-Egrève, le CH de la Mûre, celui de Saint-Laurent-du-Pont, le centre hospitalier rhumatologique de Saint-Martin-d'Uriage, le CH de Rives,  celui de Tullins-Fures et le centre hospitalier gériatrique de Saint-Geoire-en-Valdaine. Rhône Sud Isère regroupe 6 établissements dont seulement 2 de l’Isère : le CH de Vienne et le CH de Beaurepaire.

Le constat est clair avec une accélération des mesures depuis l’été. À l'hôpital de Voiron ont déjà été annoncées les suppressions de postes, les fermetures de lits, et la délocalisation de services hypothèque l’avenir du futur hôpital attendu depuis des années. La Mure, qui aurait besoin d’un vrai projet médical, des moyens nouveaux et du personnel pour garantir un service public de qualité et l’accès aux soins est soumise à un plan d'économie. L'hôpital de Vienne voit partir le service de psychiatrie vers une clinique privée à Bourgoin. À Grenoble mais aussi à Bourgoin il y a des restructurations, des modifications de plannings, pour réaliser des gains de productivité qui dégradant la qualité des soins.

Les syndicats comme FO, dénoncent depuis le début ces lois destructrices de la protection sociale collective dont l’hôpital est partie intégrante. Ils revendiquent une égalité d’accès aux soins qui ne peut rimer avec la logique comptable et budgétaire où la qualité des soins est étrangère à ceux qui décident. Ils souhaitent le maintien de tous les services, l'arrêt des suppressions de postes et des suppressions de lits. Ils revendiquent des moyens budgétaires pour la titularisation des contractuels et de vraies négociations salariales…

C'est pourquoi les groupements départementaux FO-CGT-SUD ont décidé d’appeler à la grève et à la mobilisation de tous les salariés de la Fonction Publique Hospitalière, de la Santé Privée et de l’Action Sociale. Il y aura un rassemblement le 8 novembre devant l’ARS 38 à 10h30. Cité administrative rue Joseph Chanrion à Grenoble.

 
Syndiquer le contenu